• Home
  • About Us
  • Events
  • Blogging Renewal
  • In the Media
  • Tajaddod Press Room
  • The Library
  •  

    Nassib Lahoud : La majorité aurait été plus large sans les erreurs commises au Metn et au Kesrouan

    Le président du Mouvement du Renouveau démocratique, Nassib Lahoud, a commenté, dans un communiqué, le scrutin du 7 juin, estimant que la majorité aurait pu être plus large sans certaines erreurs graves commises au Metn et au Kesrouan. Voici de larges extraits de ce communiqué :
    « 1- Ces élections sont les premières après la guerre qui se tiennent conformément à une loi électorale acceptée de tous et dont les résultats sont acceptés par tous. Il s’agit également, sans aucun doute, des élections les plus saines du point de vue de l’organisation, de l’efficience et de la neutralité des services officiels. Sans préjuger des réserves sérieuses que nous avons à l’égard de la loi électorale, ces élections ont prouvé de façon irréfutable la capacité des Libanais à s’en remettre au processus démocratique comme base pacifique et civilisée de gouvernement et d’alternance du pouvoir sur des bases claires (…) sans invoquer des règles ou des exégèses nouvelles et unilatérales pour en contester les résultats, au nom de la Constitution ou de l’accord de Taëf. L’acceptation des résultats de la part de tous doit désormais compléter naturellement l’opération électorale.
    « 2- Ces élections ont fait ressortir clairement les choix fondamentaux de la majorité des Libanais, ces choix qu’ils ont exprimés le 14 Mars 2005, à savoir la volonté d’une convivialité digne, dans le cadre d’un État indépendant et stable dont la gestion est assurée par tous les Libanais à égalité (…) Le 7 juin, les Libanais ont renouvelé leur attachement à ces objectifs, en dépit des sacrifices consentis durant les quatre années passées. Ces élections ont mis fin à la fiction de la “représentativité unique de la communauté chrétienne” ainsi qu’à celle de la “majorité fictive” et de la “majorité populaire”. La foule multiconfessionnelle du 14 Mars a prouvé qu’elle est incontestablement en tête du projet d’édification de l’État, en dépit des lacunes et des écarts qui ont marqué le processus électoral.
    « 3- La majorité issue des élections aurait pu être plus large et les résultats plus parlants encore (…) sans les fautes graves qui ont marqué la bataille électorale, en particulier dans les deux circonscriptions du Metn et du Kesrouan. Ces pratiques, où dominaient la volonté d’accaparer le pouvoir et les intérêts partisans ou étroitement individuels, ont prévalu sur l’intérêt général ; elles ont dévié la bataille de ses principes politiques fondamentaux, et par conséquent ont écarté une large frange de l’électorat, qui était nécessaire et suffisante pour gagner le pari du changement dans ces régions.
    « 4- Ces élections ont permis aux options autres que celles de la majorité de s’exprimer librement (…) Ces options reflètent également les appréhensions et aspirations de franges importantes du peuple libanais, qu’il s’agit de prendre en considération, de respecter et d’inscrire à un ordre du jour national commun pour l’étape à venir (…) dans le cadre d’une réconciliation nationale véritable.
    « 5- L’une des plus importantes lacunes du scrutin a été l’impossibilité de faire valoir des choix politiques, sociaux et civils autres que ceux qui s’inscrivaient dans le cadre du clivage principal du pays (…) Ces choix existent chez certaines forces politiques nouvelles et des franges considérables de l’opinion. Cette lacune dans la représentation ne peut être comblée qu’à travers une loi électorale reposant sur le principe de la proportionnelle, qui doit figurer en tête des priorités nationales dans la prochaine étape.
    « 6- Tout au long de la campagne électorale, le Mouvement du Renouveau démocratique a tenu à s’abstenir volontairement de toute discussion publique des erreurs et lacunes, par souci de l’intérêt général du 14 Mars (…) Toutefois, il est indispensable, maintenant qu’une nouvelle étape s’ouvre, d’effectuer une évaluation de ces pratiques erronées et de les corriger si l’on veut réellement profiter des leçons du passé. »

    Leave a Reply