• Home
  • About Us
  • Events
  • Blogging Renewal
  • In the Media
  • Tajaddod Press Room
  • The Library
  •  

    Ahdab tance Mikati et l’armée, notamment sur le dossier syrien

    Le vice-président du Renouveau démocratique, l’ancien député Misbah Ahdab, a commenté hier les propos du Premier ministre Nagib Mikati selon lesquels « l’exploit réalisé par l’armée libanaise concernant le navire d’armes (arraisonné il y a quelques jours) constitue une traduction des décisions du pouvoir politique ». « Nous sommes d’accord sur le principe et nous mettons l’accent sur l’importance de ce qui a été réalisé par l’armée libanaise (…) », a indiqué M. Ahdab. Cependant, en contrepartie, l’ancien député et compagnon de route de Nassib Lahoud a adressé une série de questions au Premier ministre, lui demandant si « le pouvoir politique avait été tout aussi clair vis-à-vis de l’armée concernant la fin de la mascarade de la soi-disant cellule salafiste, d’autant que le juge d’instruction a proclamé l’innocence des personnes arrêtées », ou encore si « c’est le pouvoir politique qui avait empêché l’armée de répondre par la positive aux revendications des habitants du Nord, qui réclament une enquête sur les circonstances de la chute de civils aux mains de l’armée à Tripoli, dont certains sont proches du Premier ministre et qui demande maintenant des comptes à l’armée – alors que le pouvoir politique avait initié des enquêtes et sanctionné des officiers et des soldats après des événements similaires au Sud et à Mar Mikhaël ». « Les décisions du pouvoir politique, est-ce d’imposer à l’armée de remplir son rôle et d’empêcher le trafic d’armes vers la Syrie, et de l’empêcher de protéger les citoyens le long de la frontière des agressions de l’armée syrienne ? Les décisions du pouvoir politique, est-ce de demander à l’armée de creuser des tranchées contre les habitants de Bab el-Tebbaneh et de Kobbeh, sous prétexte qu’ils seraient ses ennemis, et de l’empêcher d’interdire le port d’armes à toutes les parties et sa diffusion dans tous les quartiers de Tripoli ? Les décisions du pouvoir politique, est-ce de considérer que certains parmi ceux qui portent des armes dirigées contre l’intérieur sont des résistants et que les autres sont des terroristes ? » a poursuivi M. Ahdab.

    « Face à cette réalité douloureuse, nous vous appelons, M. le Premier ministre, à prendre des décisions claires en Conseil des ministres pour empêcher l’ingérence de toute partie libanaise dans les événements en cours en Syrie. Se tenir à l’écart ne signifie pas appuyer le régime syrien face à la révolution menée par son peuple. Nous vous appelons à unir les autorités de référence politiques, militaires et sécuritaires, et à leur demander de se tenir à la même distance de tous les fils de la nation », a ajouté Misbah Ahdab, appelant ensuite M. Mikati à « presser l’armée de mener une enquête sur les derniers incidents de Tripoli et à faire libérer les étudiants accusés à tort d’appartenir à une cellule terroriste, afin de préserver l’armée qui est notre armée, mais qui est en manque de décisions claires du pouvoir politique pour remplir sa mission et protéger les Libanais. »

    « Vous êtes élus par les fils du Nord, principal soutien de l’armée. Les décisions de votre pouvoir politique devraient englober tous les fils de la nation et ne pas être partiales », a-t-il conclu.

    Leave a Reply