• Home
  • About Us
  • Events
  • Blogging Renewal
  • In the Media
  • Tajaddod Press Room
  • The Library
  •  

    Antoine Haddad : La réconciliation est un préalable à l’écriture d’une histoire « unifiée »

    Le secrétaire général du Renouveau démocratique, Antoine Haddad, a affirmé qu’il sera impossible aux Libanais d’écrire leur propre histoire avant de se réconcilier réellement. « Nous vivons dans des sortes de trêves politiques, alors même que la réconciliation exige aveu des fautes, purification des mémoires et pardon, comme cela s’est passé en Afrique du Sud, ce qui n’a pas encore eu lieu. »

    « Au mieux, ce que nous vivons aujourd’hui, c’est un consensus sur le déni », a-t-il affirmé.

    M. Haddad, qui passait à la télévision, a affirmé que tout en étant proche du 14 Mars, le Renouveau démocratique cherchait à « s’éloigner des divisions radicales et des barricades politiques ».

    Sur un autre plan, M. Haddad a affirmé que « le régime syrien a perdu toute légitimité interne, arabe et internationale, après les massacres qu’il perpètre ». Son affaiblissement, a-t-il ajouté, lui a fait perdre le contrôle de la plupart des régions syriennes, et a fortiori celle du gouvernement libanais. « C’est ce qui a rendu possible l’adoption d’une politique de neutralité, a déclaré M. Haddad, de sorte que l’emprise du Hezbollah sur le gouvernement n’est plus ce qu’elle était au moment de la formation du cabinet. »

    Parallèlement, a enchaîné M. Haddad, « l’opposition s’est calmée et a gagné en sagesse ». « Elle n’a plus hâte de faire chuter le gouvernement et a compris que, dans les circonstances actuelles, il faut éviter les mouvements de foule, ce qui l’a conduite à commémorer le 14 mars en salle. Cet apaisement est bienvenu dans le contexte régional actuel, avec l’orage qui souffle sur la Syrie », a souligné Antoine Haddad.

    Enfin, le secrétaire général du RD a rendu un vibrant hommage à son chef disparu, Nassib Lahoud, dont il a résumé les très grandes qualités en trois points : l’objectivité , la dissociation entre les divergences politiques et les personnes, et enfin la confiance dans l’effet d’accumulation progressive des acquis, plutôt que dans les bouleversements brusques.

    Leave a Reply