• Home
  • About Us
  • Events
  • Blogging Renewal
  • In the Media
  • Tajaddod Press Room
  • The Library
  •  

    Une initiative citoyenne à Tripoli contre la prolifération des îlots sécuritaires

    C’est sous la présidence de l’ancien député Misbah Ahdab que le Rassemblement de la modération civile a été lancé hier à Tripoli, en présence de représentants des députés Robert Fadel et Badr Wannous et du mufti de Tripoli, et de plusieurs autres personnalités de la ville. Objectif : barrer la voie à une éventuelle discorde.

    M. Ahdab a expliqué les motifs de cette initiative dans une allocution qu’il a entamée par un vibrant hommage au député Nassib Lahoud, en mémoire de qui une minute de silence a été observée. Il a ensuite mis l’accent sur la gravité des bouleversements qui se produisent dans la région et leurs répercussions sur le Liban, « une gravité d’autant plus accentuée que l’État est aux abonnés absents ». Après avoir souligné les divisions entre les différents services de sécurité, les atteintes aux prérogatives de l’État et les tentatives d’effrayer les minorités, M. Ahdab a fait état de craintes que Tripoli « ne serve à nouveau de boîte aux lettres », mettant l’accent sur la prolifération des îlots sécuritaires qui confortent ces craintes, ainsi que sur les tentatives d’importer les troubles dans cette ville.

    Il a notamment accusé le Hezollah d’armer une partie des habitants de Tripoli et d’y maintenir une présence à travers des groupes armés, « ce qui a eu pour effet de pousser des groupes du camp opposé à faire de même ». « Les conséquences de cette situation se traduiront par une confrontation entre les habitants de Tripoli », a-t-il averti, en déplorant le fait que les autorités « sont absolument inconscientes du danger ».
    Reprochant notamment à l’État de ne pas assumer son rôle « qui consiste à protéger les Libanais », M. Ahdab a insisté sur le fait que « la sécurité, tout comme la souveraineté, est une entité indivisible ». « Il est inadmissible que les services de sécurité soient partagés en fonction des sympathies locales ou étrangères », a-t-il insisté, en expliquant que le rassemblement qui vient de voir le jour aura pour mission d’œuvrer pour unifier les rangs et protéger Tripoli et la région alentour contre tout projet de discorde.
    M. Ahdab a annoncé une prochaine tournée auprès de toutes les forces actives de la ville, « sans exception aucune, pour discuter des appréhensions soulevées et pour essayer d’y trouver des solutions reposant sur deux piliers : la sécurité et le développement ». Pour ce qui est du développement, il a évoqué la réalisation des projets élaborés pour la ville et dont l’exécution se fait attendre. Pour la sécurité, il a mis l’accent sur la coordination entre tous les services de l’ordre « qui se doivent d’appliquer la loi à tous, sans exception, d’interdire toute présence armée ainsi que la prolifération d’armes et d’éliminer les îlots sécuritaires ».
    Dans ce cadre, M. Ahdab a lancé un appel au Hezbollah, après l’avoir interrogé sur le point de savoir « s’il réalise la gravité de ce qui se passe à Tripoli et des répercussions de cette situation sur tout le Liban ». Il l’a invité à « prendre une initiative courageuse, à annoncer qu’il rompt tout lien avec les groupes armés à Tripoli et au Liban-Nord, tout en retirant les armes de cette ville, sous la supervision de l’État ». M. Ahdab a lancé un appel similaire aux fils de Tripoli et du Liban-Nord.
    Le député a ensuite annoncé les noms des membres fondateurs du Rassemblement : Oussama Dennaoui, Fadi Malas, Mohammad Baroudi, Saleh Moukaddem, Fouad Ladkani, Misbah Ahdab, Omar Mrad, Kamal Terchihi, Nahla Houala, Fadi Jamal, Malek Mroué et Haytham Saïd. Le communiqué fondateur du rassemblement a été lu par M. Mrad. Il présente une formule détaillée des explications données par M. Ahdab.

    Leave a Reply