• Home
  • About Us
  • Events
  • Blogging Renewal
  • In the Media
  • Tajaddod Press Room
  • The Library
  •  

    Renouveau démocratique: Les Libanais doivent minimiser l’impact des éléments en Syrie sur leur situation interne

    Le mouvement du Renouveau démocratique (RD) a appelé les Libanais de tous les horizons politiques à unifier leurs positions pour dénoncer le bain de sang en Syrie et à dissocier l’humanitaire du politique.
    Il a en outre invité le Premier ministre, Nagib Mikati, à mettre fin à la politique de complaisance du ministre des Affaires étrangères à l’égard de la Syrie, et dénoncé l’hostilité gratuite du général Michel Aoun à M. Mikati et aux sunnites.

    Pour Antoine Haddad, secrétaire général du RD, « les Libanais, à quelque bord qu’ils appartiennent, n’ont aucun pouvoir réel de faire pencher la balance dans un sens ou dans l’autre, dans ce qui se passe en Syrie ». Ils doivent donc se contenter de réfléchir sur les moyens de minimiser l’impact de cette « phase de transition » sur le Liban.
    « À cette fin, et étant donné que l’unification des positions des Libanais à l’égard de la crise syrienne est impossible, les deux règles de conduite suivantes s’imposent : il s’agit, d’abord, de condamner à l’unanimité toute effusion de sang, ensuite de s’abstenir de toute ingérence dans le conflit interne syrien, sinon par le biais de l’appui politique », selon M. Haddad.

    Sur un autre plan, M. Haddad a demandé au Premier ministre de mettre fin à la politique de complaisance suivie par le ministre des Affaires étrangères, Adnane Mansour, à l’égard de la Syrie ».
    « Il est inconcevable que le Liban s’oppose à la communauté internationale dans le seul but de plaire au régime syrien, alors même que le président iranien Ahmadinejad, un allié de Damas, s’oppose à la violence et demande au régime syrien de recourir au dialogue », a-t-il dit.

    En ce qui concerne le dossier de l’équipement électrique, M. Haddad a jugé légitime que les députés veuillent contrôler le financement du projet. M. Haddad a estimé que ce financement du projet, grâce à des bons du Trésor à des taux d’intérêt élevés, reflète une volonté d’éviter tout contrôle sur ce processus. « Tout ce que Gebran Bassil lance relève de la propagande », a-t-il dit.
    M. Haddad a décrit l’attitude du général Michel Aoun à l’égard de M. Mikati comme reflétant « le souci de faire échec au Premier ministre et d’alimenter le sentiment de haine contre les sunnites en les présentant comme la cause des malheurs du Liban, alors même que M. Mikati a fourni au gouvernement l’ombrelle sunnite qui lui manquait ».

    Enfin, M. Haddad a salué la date du 16 septembre comme étant celle du début de la résistance anti-israélienne en 1982. Il a rendu hommage à ses chefs, Mohsen Ibrahim et Georges Haoui, rappelant qu’« à l’opposé du Hezbollah, elle était multiconfessionnelle, n’avait aucun appétit pour le pouvoir et ne s’alignait pas sur des stratégies étrangères ».

    Leave a Reply