• Home
  • About Us
  • Events
  • Blogging Renewal
  • In the Media
  • Tajaddod Press Room
  • The Library
  •  

    Nassib Lahoud : Les participants au dialogue assument la responsabilité des lacunes sécuritaires

    Le ministre d’État Nassib Lahoud, a appelé au respect de la résolution 1701 de l’ONU, insistant sur la nécessité « d’épargner au Liban une nouvelle guerre ». Lors d’une conférence organisée par le mouvement du Renouveau démocratique sur « la portée régionale de l’agression contre Gaza », M. Lahoud a indiqué qu’il incombe aux participants au dialogue national et au Conseil des ministres de trouver un règlement à la question des armes disponibles aux mains des Palestiniens en dehors des camps de réfugiés. De même qu’ils sont responsables du retard mis à définir une stratégie de défense commune, a-t-il dit.
    « Ce qui s’est passé à Gaza entre le 27 décembre et le 19 janvier représente une des guerres les plus hideuses et les plus criminelles que nous pouvons facilement qualifier de terrorisme d’État », a affirmé Nassib Lahoud
    « Le Liban n’était pas à l’abri de ces manœuvres dans la mesure où des parties inconnues ont insisté durant cette période à utiliser le Liban comme tremplin pour envoyer des roquettes en direction d’Israël, tout en sachant pertinemment que ces tirs ne pouvaient aider en rien nos frères à Gaza », a-t-il poursuivi.
    « Quant aux leçons à tirer de la tragédie de Gaza », M. Lahoud en a retenu « l’engagement à continuer à respecter la résolution 1701 de l’ONU, et la nécessité d’épargner aux Libanais une nouvelle guerre », rappelant que ces derniers n’en veulent pas, d’autant qu’« ils n’y ont aucun intérêt ». D’où, a-t-il dit, la nécessité de « combler toutes les lacunes sécuritaires et politiques qui sont exploitées par les forces qui cherchent à utiliser le Liban pour leurs propres intérêts. La plus grande lacune sécuritaire réside au niveau des armes disponibles en dehors des camps, auxquelles il est grand temps de mettre un terme. La seconde grande lacune, qui est politique, est le retard mis pas les Libanais à convenir d’une stratégie de défense commune qui restitue à l’État la décision de la guerre et de la paix, et toutes les décisions relatives à la souveraineté du pays », a conclu Nassib Lahoud.

    Leave a Reply