• Home
  • About Us
  • Events
  • Blogging Renewal
  • In the Media
  • Tajaddod Press Room
  • The Library
  •  

    Nassib Lahoud et Misbah Ahdab s’opposent aux tentatives de déstabilisation du Liban liées aux événements de Gaza

    Le ministre d’Etat Nassib Lahoud a reçu samedi une délégation parlementaire britannique formée de plusieurs députés du Parti travailliste et de plusieurs membres du cabinet fantôme du Parti conservateur, en présence de l’ambassadeur du Royaume-Uni, Frances Guy. 
    Dans une déclaration à la presse, le chef du Renouveau démocratique (RD) a affirmé avoir évoqué avec les parlementaires britanniques « la situation tragique à Gaza et l’application de la résolution 1860 qui appelle à l’arrêt de l’agression israélienne, à la levée du blocus et à la restauration de l’unité palestinienne en vue de relancer un nouveau processus de paix ». 
    Nassib Lahoud a en outre salué « les efforts déployés par les pays arabes et notamment les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite, l’Égypte et le Liban qui ont activement contribué à l’adoption de la 1860 ». « Il faudrait exercer des pressions sévères sur Israël pour l’astreindre à accepter l’application de cette résolution et à se retirer de Gaza », a-t-il poursuivi, exprimant son souhait que le Hamas revienne sur les réserves qu’il a exprimées à l’égard de cette résolution. 
    Le ministre d’État s’est aussi félicité de « l’unanimité nationale qui s’est concrétisée au gouvernement ainsi qu’au niveau des trois premiers postes de l’État et qui a montré que le Liban restera uni face aux grandes crises ». « Toutes les parties du pays se sont entendues sur le fait qu’il ne faut pas donner de prétextes à Israël pour nous attaquer. La guerre de 2006 doit être la dernière agression contre le Liban et sa population. Et les forces de l’ordre doivent identifier les auteurs des tirs de katiouchas jeudi dernier afin d’empêcher qui que ce soit de nuire à notre sécurité nationale », a conclu le chef du RD. 

    Pour sa part, le député et vice-président du Renouveau démocratique, Misbah Ahdab, a abondé dans le même sens, rejetant « toute tentative de transformer le Liban en terrain de jeu pour les lance-roquettes ». Il s’est toutefois dit « guère réconforté par les discours des responsables du Hezbollah qui multiplient les accusations de félonie à l’égard de parties locales et étrangères ». « Il est inadmissible de tenter d’imposer au Liban une équation issue des incidents du 7 mai. Le parti de Dieu ne peut pas continuer à armer et financer certaines parties dans différentes régions pour y modifier le rapport de force politique », a-t-il enfin lancé.

    Leave a Reply