• Home
  • About Us
  • Events
  • Blogging Renewal
  • In the Media
  • Tajaddod Press Room
  • The Library
  •  

    Le TSL et le monopole des armes « n’acceptent aucune interprétation », rappelle le RD

    « Le nouveau gouvernement manque de crédibilité populaire démocratique », a estimé hier le Renouveau démocratique, rappelant que « la volonté du peuple s’est exprimée lors des dernières élections parlementaires sur les questions-clés, comme le Tribunal spécial pour le Liban et le monopole des armes dans le giron de l’État ». Le RD a insisté, s’agissant de la déclaration ministérielle prévue, que ces questions-clés « n’acceptent aucune interprétation ou un aménagement verbal qui en dissiperait le contenu ». Ainsi, la reconnaissance « conditionnelle du TSL n’en est pas une », de même que la trilogie « armée-peuple-résistance n’est qu’une couverture désormais inacceptable des armes illégitimes ».

    De plus, le RD a fait remarquer que les Libanais s’attendent, face aux événements en Syrie, à « une rationalisation du discours du gouvernement au profit des priorités libanaises, ou du moins dans le but de résoudre les problèmes sociaux et économiques accumulés ». Or, la réalité semble tout autre puisque « le cabinet porte dans les prémices de ses actes le renforcement du schisme et l’abattement des ponts de confiance entre les Libanais, au rythme des discours vindicatifs et des insultes triviales de ceux qui se sont érigés en gardiens du gouvernement », a ajouté le communiqué. Et cette réalité ne saurait changer, même en présence de personnalités « que nous respectons à la tête du cabinet et de certains ministères, et qui risquent de payer de leur crédit personnel le prix de toute cette aventure ».

    En effet, le RD s’est inquiété de « l’expression d’une loyauté à outrance pour les axes étrangers tenant tête à la communauté internationale et les ébauches d’une censure contre les activités culturelles, artistiques et cinématographiques ». En même temps, il se trouve des personnes au sein du gouvernement « qui parlent de fuite de capitaux et d’ébranlement de l’économie », a dénoncé le mouvement. Le RD n’a pas manqué de déplorer enfin l’absence de femmes au sein du nouveau cabinet, et surtout « les justifications qui abondent autour de cette lacune ».

    Leave a Reply