• Home
  • About Us
  • Events
  • Blogging Renewal
  • In the Media
  • Tajaddod Press Room
  • The Library
  •  

    Misbah Ahdab : La nouvelle équipe n’a pas la capacité de mener des réformes

    Le vice-président du Renouveau Démocratique Misbah Ahdab a affirmé hier que le gouvernement Mikati « n’a pas la capacité de lancer des réformes ni la crédibilité requise pour mener à bien une politique de développement. Ce que ce gouvernement laisse transparaître pour le moment n’est pas de nature à nous tranquilliser. De plus, ce gouvernement n’est pas accepté par la majorité du peuple libanais ».

    « Et même si Tripoli obtient 30 ministres comme ceux-là, rien ne changera. Ces ministres étaient déjà en poste à l’époque du Premier ministre martyr Rafic Hariri et ils ont appauvri Tripoli, alors que nous avions espoir en eux. Ils n’ont pas de politique claire », a-t-il également poursuivi.

    S’adressant au Premier ministre Nagib Mikati, M. Ahdab lui a demandé de « clarifier les choses quant à la manière dont le gouvernement compte interagir avec la situation qui prévaut en Syrie. Il faut qu’il y ait une position unifiée et que nous immunisions notre scène interne face à ce qui se passe en Syrie de manière à prouver notre position modérée à l’égard de ces événements. À savoir que nous ne nous ingérions pas dans les affaires intérieures de la Syrie, mais que nous accueillions les réfugiés syriens et que nous leur apportions la protection civile nécessaire conformément aux droits de l’homme ».

    Puis revenant sur les incidents de Tripoli, Misbah Ahdab a rappelé que ces derniers ont éclaté en réaction à la décision des autorités de « remettre neuf citoyens syriens aux autorités syriennes ». Il a également critiqué « les positions affichées par les députés de Tripoli et le retard qu’ils ont pris pour s’occuper de la situation sécuritaire dans la ville ». Après les armes qui ont circulé dans la ville et la mauvaise situation sécuritaire, M. Ahdab a demandé au Premier ministre de lancer une enquête « afin de préserver la crédibilité de l’armée et des Forces de sécurité intérieure que nous voulons en tant que piliers » de la sécurité.

    Leave a Reply