• Home
  • About Us
  • Events
  • Blogging Renewal
  • In the Media
  • Tajaddod Press Room
  • The Library
  •  

    Le Renouveau Démocratique dénonce la marginalisation de la Constitution et des institutions

    Le vice-président du Renouveau démocratique (RD), l’ancien député Misbah Ahdab a condamné la persistance de certaines forces à marginaliser la Constitution et les institutions, notamment dans le processus de formation du cabinet, et à travers l’atteinte aux prérogatives du président de la République et du Premier ministre. Cette dérive ne se limite pas à ces dommages-là, a-t-il précisé, mais vise à porter atteinte à l’essence de l’accord de Taëf, au pacte national et à l’équilibre minutieux entre les prérogatives des trois présidents. Un constat partagé par le secrétaire général du RD, Antoine Haddad, qui a dénoncé hier une tentative de changer « radicalement et arbitrairement » les règles du jeu politique libanais, en outrepassant « en même temps les accords de Taëf et de Doha ». Ce qui conduit inéluctablement à un grand vide qui place le pays face à la logique de la force et approfondit encore plus le fossé entre les Libanais, a-t-il ajouté. M. Haddad a également dénoncé l’ingérence syrienne dans les affaires libanaises, à travers notamment le communiqué de SANA sur la rencontre Assad-Aoun qui indique que les deux hommes ont évoqué la formation du cabinet – ce qui prouve que la Syrie joue de nouveau le rôle qu’elle jouait entre 1990 et 2005.

    Leave a Reply