• Home
  • About Us
  • Events
  • Blogging Renewal
  • In the Media
  • Tajaddod Press Room
  • The Library
  •  

    Municipales : le RD presse le gouvernement d’adopter les amendements proposés par Baroud

    À l’issue de la réunion hebdomadaire de son comité exécutif sous la présidence de l’ancien ministre Nassib Lahoud, le Renouveau démocratique (RD) a pressé le gouvernement d’adopter une position claire, nette et précise quant à la date des prochaines municipales, et ce afin de couper l’herbe sous le pied à tous ceux qui cherchent à ajourner, à diluer, voire à annuler ce scrutin.
    « Proroger le mandat des conseils municipaux pour un mois reste chose acceptable, à condition que le but de tout cela soit, pour le Conseil des ministres, de profiter de ce délai technique supplémentaire pour adopter les amendements et les réformes proposés par le ministre de l’Intérieur, qui rompent ce lien prétendument nécessaire entre la loi sur les municipales et celle sur les législatives », écrit le communiqué du RD. Et d’ajouter : « En attendant l’occasion propice d’introduire des réformes bien plus drastiques et bien plus efficaces, celles proposées par le ministre Baroud garantissent aujourd’hui le minimum acceptable, surtout en ce qui concerne la proportionnelle dans les grandes circonscriptions, destinée à préserver la pluralité, à renforcer la participation et à bonifier la représentativité », juge ainsi le RD, qui n’oublie pas non plus de saluer la volonté d’imposer un quota féminin dans ces municipales 2010.
    Rappelant ensuite que ces élections sont « la propriété du peuple et l’un de ses droits les plus fondamentaux », le communiqué juge cette échéance « incontournable » ; elle ne peut « qu’être tenue à la date prévue » et doit impérativement « échapper » aux « humeurs » et aux intérêts personnels et « étriqués » des gens du pouvoir. « Plus que tout autre scrutin, les municipales sont une échéance développementale d’une gigantesque importance, surtout à l’aune de la situation catastrophique qui prévaut dans plusieurs villages et villes sur le plan des services et de l’environnement », insiste le texte.
    Enfin, le communiqué rappelle que trois des membres du RD, députés en 1997, avaient contribué en présentant un recours en invalidation auprès du Conseil constitutionnel destiné à torpiller la tentative de proroger les conseils municipaux, imposant ainsi les premières élections municipales au Liban depuis 1963.

    Leave a Reply