• Home
  • About Us
  • Events
  • Blogging Renewal
  • In the Media
  • Tajaddod Press Room
  • The Library
  •  

    Les jeunes du RD : Nous sommes tous des Anne Frank

    Les jeunes du Mouvement du Renouveau démocratique, que préside l’ancien ministre Nassib Lahoud, se sont déchaînés hier contre la mise au ban du Journal d’Anne Frank dans certains établissements scolaires sous l’impulsion du Hezbollah.
    « Nul n’a le droit, hormis l’autorité de l’État qui représente la volonté des Libanais, d’exercer une quelconque forme de tutelle sur les choix et les droits fondamentaux des Libanais », souligne le RD dans un communiqué.
    « L’image du Liban est fortement menacée lorsqu’un parti politique bien déterminé, n’importe lequel, impose ses vues et ses valeurs à l’ensemble des Libanais, et cela d’autant plus que Beyrouth occupe cette année la position de capitale mondiale du livre, qu’elle vient d’accueillir l’un des plus grands Salons du livre francophone et qu’elle accueillera bientôt le Salon du livre arabe », ajoute le communiqué.
    « La caractéristique propre du Liban réside dans son pluralisme et dans son interaction avec la culture humaine mondiale », souligne le RD, pour lequel « chaque fille libanaise qui a été détenue, torturée ou tuée par l’armée israélienne est une autre Anne Frank, chaque intellectuel opposant qui a été emprisonné et torturé dans les geôles des ennemis comme dans celles des frères est un autre Nelson Mandela, et chaque initiative civile en faveur de la tolérance au Liban est une nouvelle chute du mur de Berlin ».
    De plus, ajoute le texte, « permettre au Hezbollah de déterminer ce qui est permis et ce qui est interdit dans ce qu’apprennent les écoliers libanais nuit fortement à l’image de la juste cause arabe contre l’occupation israélienne et contre la politique raciste des gouvernements israéliens successifs ».
    Le RD appelle enfin « tous les organismes civils et culturels à exprimer clairement leur opposition à toute tentative partisane visant à s’ingérer dans le contenu des programmes scolaires, et à frapper la richesse culturelle et la liberté d’opinion et d’expression au Liban ».

    Leave a Reply