• Home
  • About Us
  • Events
  • Blogging Renewal
  • In the Media
  • Tajaddod Press Room
  • The Library
  •  

    Le Renouveau démocratique presse Hariri de présenter la formule ministérielle qu’il juge adéquate

    Les développements en rapport avec la crise gouvernementale ont été au centre de la réunion hebdomadaire que le comité exécutif du mouvement du Renouveau démocratique a tenue hier sous la présidence du ministre d’État Nassib Lahoud.
    Le communiqué publié au terme de la réunion commence par souligner la satisfaction du Renouveau démocratique au sujet de la sérénité qui marque depuis quelque temps les débats portant sur la crise gouvernementale du fait de « l’extrême souplesse et de l’attitude positive manifestées par le Premier ministre désigné Saad Hariri et sa détermination à aplanir tous les obstacles, effectifs et de pure forme, qui entravent la formation du gouvernement d’union nationale, sur base de la formule 15-10-5 ». « Le maintien d’une telle sérénité au niveau du débat (pour la mise en place de la nouvelle équipe ministérielle) est devenu une nécessité absolue dans les circonstances présentes », souligne le Renouveau démocratique.
    « Ce climat en apparence serein ne saurait occulter le fait que certaines conditions rédhibitoires ainsi que la logique à laquelle certains ont recours pour justifier de telles conditions et pour interpréter d’une manière arbitraire la Constitution et les règles démocratiques les plus élémentaires risquent, si elles sont satisfaites, de dénaturer la fonction du gouvernement, ajoute le communiqué du Renouveau démocratique. Au lieu d’être un pouvoir exécutif efficace et productif, dont chaque pays moderne a besoin – et le Liban n’échappe pas à la règle -, le gouvernement se verrait transformé ainsi en un conseil représentatif auxiliaire, peu efficace sur le plan exécutif, et qui n’a d’équivalent nulle part ailleurs. Cela nous pousse à nous interroger sur l’utilité d’un tel conseil représentatif à l’ombre d’un Parlement qui n’a été élu qu’il y a quelques semaines grâce à un processus démocratique dont les résultats ont été reconnus par toutes les factions. »
    Et le RD d’ajouter : « Il est devenu impératif de dépasser une telle logique du fait, plus particulièrement, de la conjoncture régionale appelée à s’aggraver et des problèmes socio-économiques qu’il est devenu urgent de régler. D’où la nécessité de briser le cercle vicieux des conditions rédhibitoires. Il faudrait aussi exposer aux citoyens, en toute franchise, les dangers qui nous menacent et présenter la formule ministérielle que le Premier ministre désigné juge adéquate pour satisfaire les critères relatifs à l’unité nationale, l’efficacité, la productivité et le respect de la Constitution. Chaque partie devra alors assumer ses responsabilités sur ce plan. »

    Leave a Reply