• Home
  • About Us
  • Events
  • Blogging Renewal
  • In the Media
  • Tajaddod Press Room
  • The Library
  •  

    La pieuvre iranienne

    Iran

    L’Iran est désormais au cœur de toutes les équations régionales et constitue même, selon certains, la plus grande menace à la sécurité de la planète. Une question se pose alors. Comment se fait-il que l’Iran se révèle être depuis quelques années un acteur incontournable sur la scène régionale ?
    Les réponses et les analyses de la puissance iranienne sont multiples, variées et souvent complexes. Je pense au contraire que la principale raison de l’émergence de l’Iran est l’invasion américaine de l’Irak qui suit elle-même les attentats du 11 Septembre. Le régime iranien a vu tomber, en l’espace de 3 ans, et en une durée cumulée de bombardement n’excédant pas quelques semaines, deux régimes voisins : l’Irak et l’Afghanistan. Cette chute de régimes totalitaires et l’installation forcée de simulacres de démocratie poussa donc le régime des Mollahs à réagir : éloigner la bataille hors des terres iraniennes et confronter les américains partout sauf à Téhéran.
    Depuis le renversement de Saddam Hussein, l’Iran accroit l’armement et la puissance du Hezbollah au Liban, renforce ses relations et finance le Hamas, lie des relations quasi-fusionnelles avec le régime de Bachar Al Assad, soutient des groupuscules extrémistes en Irak dont l’armée du Mehdi et se positionne désormais en grand frère des chiite de la région et leur assure un soutien financier. L’objectif iranien annoncé : la confrontation de l’impérialisme américain et la destruction d’Israël. Bien sûr, ce slogan alléchant auprès des couches populaires ne cache pas le désir iranien de déstabiliser la région en vue d’éloigner la menace pesant sur le régime de Khamenei. Le parallélisme avec l’attitude syrienne envers les Etats Unis est évident et ces deux régimes ne cherchent par leurs agissements qu’à arriver à la table des négociations ; ce qui constituerait une reconnaissance de leur régime et éloignerai donc le spectre du sort de Saddam.
    Beaucoup d’analyses prêtent à l’Iran des visées expansionnistes et décrivent sa volonté de s’affirmer comme puissance régionale. Je pense qu’il faut plutôt y voir une réaction de défense et la révélation d’une grande faiblesse. L’Iran souffre économiquement, l’état de l’armée est précaire malgré les démonstrations de forces, l’opinion des iraniens envers le régime est de plus en plus critique. L’exportation de la terreur est une politique bien plus simple que le renforcement d’un régime dont l’existence ne fait plus l’unanimité.
    Il ne faut donc pas voir l’Iran comme un pays en quête de puissance mais plutôt comme un régime en quête d’assurance et de sécurité. Les soit disant portes paroles de la démocratie ferait donc mieux se s’attaquer au cœur de la bête au lieu de s’embrouiller avec ses tentacules.

    Toni SFEIR

    One response to “La pieuvre iranienne”

    Leave a Reply