• Home
  • About Us
  • Events
  • Blogging Renewal
  • In the Media
  • Tajaddod Press Room
  • The Library
  •  

    Le cerf-volant interdit sur New TV
    Nouvelle affaire de censure confessionnelle de la liberté d’expression

     

    Les députés Walid Joumblatt et Talal Arslan sont intervenus hier pour empêcher la diffusion par la New TV du film “Le cerf-volant” (Lion d’Argent à la Mostra de Venise de 2003), réalisé par la libanaise Randa Sabbag, sous motif des « susceptibilités qu’il pourrait susciter dans certains milieux religieux ». En même temps, les deux seigneurs féodaux se rappellent d’exprimer leur hostilité à la censure et aux pressions exercées contre les médias et leurs propriétaires. Ils ont même réaffirmé « leur attachement à la liberté d’information qui reste l’un des piliers du régime démocratique au Liban et rejettent à nouveau tout ce qui est de nature à porter atteinte à ce principe ; ils réaffirment aussi la liberté des médias de diffuser les productions cinématographiques et artistiques de la manière qui leur semble adéquate ».

    Le film raconte l’histoire d’amour impossible entre une jeune libanaise et un garde-frontière druze israélien.

    Cet incident n’est que le énième signal d’alarme contre la censure imposée sur les médias, la liberté d’expression et la création artistique, exercée en raison de considérations confessionnelles. Un pays, où des communautés sont incapables d’accepter la diffusion d’un film, est un pays malade. Le soigner ne passe pas par la censure et une ridicule politique de l’autruche, mais en le confrontant à ses démons et à son histoire. La source du mal provient souvent de ceux-là mêmes qui prétendent diriger les communautés et affirment veiller à ne pas heurter les « susceptibilités de certains milieux religieux ».

    Leave a Reply