• Home
  • About Us
  • Events
  • Blogging Renewal
  • In the Media
  • Tajaddod Press Room
  • The Library
  •  

    La municipalité de Beyrouth réclame l’ouverture d’une enquête au sujet de son site Internet

    La campagne lancée par Tajaddod Youth contre la mauvaise traduction du site Internet de la municipalité de Beyrouth semble atteindre ses objectifs. Le conseil municipal de Beyrouth a décidé de lancer une enquête officielle au sujet de ce site. Ci-dessous, l’arrêté municipal numéro 85:

    « Le conseil municipal de Beyrouth, qui s’est tenu en séance légale plénière,

    « Conformément à l’appel numéro 367/m du 6/2/2010,
    « Conformément au décret législatif numéro 118 du 30/6/77 et ses amendements (loi sur les municipalités),
    « Conformément à ce qui a été soulevé lors de la séance au sujet de l’article publié dans le numéro 12783 du 6-7 février 2010 de L’Orient-Le Jour concernant la situation du site Internet de la municipalité de Beyrouth,
    « Et comme ledit journal a émis dans son article des remarques pertinentes au sujet des traductions anglaise et française du message du président de la municipalité, en sus de critiques aiguës frisant l’ironie, concernant les erreurs linguistiques et de composition qui ont accompagné le texte, suscitant la colère du lecteur et de celui qui en a pris connaissance, l’auteure de l’article s’interrogeant sur le sérieux des responsables de ce site et sur la cause de l’absence de responsables chargés d’en effectuer le suivi et de le surveiller en vue d’éviter ce massacre linguistique,
    « Et comme la totalité des informations publiées sur ce site en français et en anglais sont dans un style défectueux, plein d’erreurs linguistiques et de composition, suscitant les critiques et commentaires de la presse, ce qui a conduit à ternir la réputation de la municipalité,
    « Et comme le président du conseil municipal a estimé qu’il est nécessaire de prendre les mesures administratives adéquates pour mettre au jour la vérité de ce qui s’est produit,
    « Décide ce qui suit :
    « Article 1er : demander au mohafez de la ville de Beyrouth de charger le département de l’inspection de procéder à une enquête au sujet de la traduction en français du site Internet de la municipalité de Beyrouth, prendre connaissance de la manière dont les informations en français et en anglais ont été introduites sur le site et dévoiler la partie responsable, savoir comment ont été réglés les honoraires de la société qui a ouvert ce site et s’il existe enfin un accusé de réception de ces travaux ;
    « Article 2 : cet arrêté est publié et sera notifié à toutes fins utiles. »

    Nous tenons à féliciter le conseil municipal pour cette décision en espérant une enquête rapide et transparente. Tajaddod Youth a par ailleurs officiellement soumis au président du conseil municipal, M. Abdel Monhem Al-Ariss, l’offre de ses membres de contribuer à la traduction française et anglaise des pages du site. Ci-dessous, le texte de la lettre envoyée à M. Al-Ariss:

    حضرة المهندس عبد المنعم العريس المحترم،

    رئيس بلدية بيروت

    تحية طيبة وبعد،

    لقد أثار قطاع الشباب في “حركة التجدد الديموقراطي” مشكلة الترجمة الخاطئة لموقع مدينة بيروت الالكتروني الى اللغتين الانكليزية والفرنسية في 1 شباط الماضي. وتم التداول بالبيان الذي أصدره شباب التجدد في هذا الخصوص على عدد من المواقع الاخبارية وبين مجموعة من الصحافيين.
    في 6 شباط، صدر مقال للصحافية آن ماري الحاج في جريدة “لوريان لوجور” حول الموضوع نفسه. وتبع ذلك إغلاق للموقع وتوضيح من حضرتكم صدر في الجريدة نفسها.

    يؤكد شباب التجدد استعدادهم الكامل لمساعدتكم في ترجمة صفحات الموقع الى اللغتين الفرنسية والانكليزية، مساهمةً منا في تعزيز صورة عاصمتنا ودعماً لمسيرة تطويرها وإنمائها التي أطلقها المجلس البلدي برئاستكم منذ العام 1998.

    يمكن لمكتبكم الاتصال بنا لترتيب آلية التعاون في حال وافقتم على اقتراحنا.

    3 responses to “La municipalité de Beyrouth réclame l’ouverture d’une enquête au sujet de son site Internet”

    1. Fadi Boulos says:

      Well done Tajaddod Youth! Constructive criticism at its best.
      Keep up the good work.

    2. Yara Chalhoub says:

      Le problème sans doute revient à ce que la traduction n’a pas été faite par des traducteurs de profession. Ca ne me surprend nullement, on ne dédie pas assez d’argent pour faire un travail professionnel. Vous avez de bonnes intentions ne tombez surtout pas dans ce piège, j’espère que les membres que vous mobillisez pour ce projet sont des traducteurs!

    3. AGM says:

      Yara,

      Le problème revenait à ce que la traduction été faite par GOOGLE TRANSLATE (tu peux donc imaginer le résultat). Si la municipalité accepte notre aide, nous mettrons tout en oeuvre pour fournir un travail de grande qualité.

    Leave a Reply